(Brève) étude anthropologique du prestataire de services en informatique


Les prestataires de service informatique ne seraient-ils animés que par la poursuite des technologies les plus en pointe et le développement de solutions nouvelles ? Une anecdote semble le confirmer… Mais lorsque cela se fait au désavantage du client, la recherche d’adéquation entre besoins et prestation devrait prendre le pas.

Missions et engagements

Tout comme l’informatique qui n’est finalement qu’un outil de manipulation (et de mise en forme) de données, le prestataire de services est là pour… accomplir une prestation, selon les critères et objectifs du client (tout en apportant sa « science » et prodiguer ses conseils).

Dit comme ça, c’est simple non ?

Et pourtant…

Je m’entretenais naguère (adverbe assez pratique puisque n’indiquant pas de temps précis, ceci étant d’ailleurs inutile car ce qui suit est intemporel) avec deux collègues prestataires de services.

Les deux étant experts dans leurs domaines respectifs, formés régulièrement et dûment certifiés.

Le premier m’exprimait que seules les phases situées en amont d’un projet l’intéressaient. Soit quand il s’agit de bâtir une architecture, si possible en partant de rien, et si possible, la plus up-to-date qui soit afin de garantir sa modernité et, de par le fait, sa pérennité.

Le second m’assurait que de proposer à nos clients de maintenir leur « vieil » outil informatique plutôt que de le remplacer par un plus récent était contre-productif. De là à renchérir que seul le développement était intéressant pour lui (et donc nous), en opposition à la maintenance d’un outil mis en place plus de dix ans auparavant dans des technologies que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître…

Outre le fait d’avoir pris un sacré coup de vieux à l’écoute de ce dernier, il apparaît à travers ces deux remarques les travers dans lesquels tombent à la fois les informaticiens, et les sociétés de services.

Certes, notre rôle est aussi de conseiller et d’orienter, de proposer les « meilleures » technologies et d’avoir une vision du Système d’Informations la plus large (dans son spectre) et la plus lointaine (dans sa pérennité) possible.

Rester en phase avec les besoins clients

L’écoute des besoins réels du client, respectant son contexte (organisationnel, humain, logistique, budgétaire, etc) ne doit jamais amener le prestataire à dévaluer son outil existant, ou à considérer son obsolescence (théorique ou réelle) comme un frein à sa mission.

L’informatique a beau être synonyme de « nouvelles technologies » il est primordial de garder tout ceci à l’esprit et de savoir quand proposer des solutions « modernes » et quand accepter de continuer à faire fonctionner des systèmes certes « anciens », mais toujours efficaces…

Car, dans notre mission de prestataires de services en informatique, il ne faut jamais oublier que nous devons d’abord être… des prestataires de services, répondant avant tout aux réels besoins de nos clients, et ce, sans forcément leur imposer les produits les plus « sexys ».